hashtag-cabinet-avocat-white-slider-accueil

Le droit au service

de l'innovation

flecheRight
Justin Trudeau, Donald Trump

Note sur les recommandations des entrepreneurs français remises au Président le 26 juin

Par un communiqué en date du 17 mai 2019, l’assemblée du G20 young a établi des recommandations. Ces jeunes entrepreneurs de tous les pays du G20 appellent les dirigeants du G20 à exploiter le potentiel de transformation de l’entreprenariat comme levier important pour contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies pour 2030.

Le communiqué se divise en 5 piliers, qui chacun porte une recommandation principale :

  1. Promouvoir le libre-échange
    • Recommandation : soutenir la mobilité transfrontalière des jeunes entrepreneurs
  2. Améliorer l’accès au financement
    • Recommandation : créer une infrastructure numérique qui réduit les obstacles au financement
  3. Soutenir l’esprit d’entreprise afin de relever les défis sociaux et environnementaux
    • Recommandation : encourager des modèles économiques durables
  4. Investir dans l’infrastructure et les services numériques pour le développement et la croissance partagée
    • Recommandation : mise en place de l’e-gouvernement
  5. Assurer la qualité de l’éducation et promouvoir l’esprit d’entreprise
    • Recommandation : promouvoir l’éducation entrepreneuriale

 

Ci-dessous sont détaillés ces piliers :

  1. Promouvoir le libre-échange

Il est demandé aux dirigeants du G20 de renouveler leur engagement en faveur d’un commerce libre, ouvert et équitable et du rétablissement de la confiance dans l’OMC en tant que gardienne du système commercial multilatéral. Les jeunes entrepreneurs insistent ici fermement sur la nécessité de la création et de la ratification d’accords de libre-échange pour faciliter l’accès au marché, partager des règles communes et équitables et encourager les PME à croître, à se développer et à créer plus d’emplois dans le monde.

  • Recommandation : soutenir la mobilité transfrontalière des jeunes entrepreneurs

Pour stimuler la croissance économique, la nécessité d’un programme de visas pour jeunes entrepreneurs à l’échelle du G20 permettrait aux jeunes entrepreneurs d’obtenir des visas à entrées multiples et simplifierait les formalités administratives afin de les encourager à créer et à développer des entreprises internationales. Il faudrait, selon le communiqué, élargir et harmoniser les accords existants sur la mobilité des jeunes et les programmes de visas de « visiteur d’affaires », conformément aux principes directeurs du G20 YEA.

 

  1. Améliorer l’accès au financement

« Les jeunes entrepreneurs ont besoin d’avoir accès à des sources de financement à toutes les étapes du cycle de vie de leur entreprise. » justifie le rapport. Afin de créer un environnement propice à la multiplication et à l’expansion des nouvelles entreprises, il est demandé aux gouvernements du G20 de mettre en place une infrastructure financière adéquate pour permettre un accès équitable au financement pour les jeunes entrepreneurs qui sont mal desservis par les établissements de crédit traditionnels.

  • Recommandation : créer une infrastructure numérique qui réduit les obstacles au financement

Il s’agirait donc de renforcer l’accessibilité et l’intelligibilité du microcosme financier en créant des plateformes numériques qui permettraient aux entrepreneurs d’accéder rapidement aux informations. Il s’agirait également de proposer le financement à taux d’intérêt faible ou nul, particulièrement pour les projets qui sont d’intérêt public.

 

  1. Soutenir l’esprit d’entreprise afin de relever les défis sociaux et environnementaux

Selon le communiqué, les gouvernements, les entreprises et la société civile devraient collaborer activement à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable. Dans ce contexte, les entrepreneurs peuvent jouer un rôle fondamental en explorant et en adoptant des modèles économiques novateurs et en développant des start-ups qui répondront directement aux défis sociaux et environnementaux.

  • Recommandation : encourager des modèles économiques durables

Les objectifs de développements durables fourniraient un cadre pour les jeunes entrepreneurs, en permettant la croissance d’entreprises qui mèneront à un avenir durable. Il est demandé aux dirigeants du G20 de se référer aux objectifs de développement durable lorsqu’ils élaborent et adaptent des politiques et des programmes de soutien aux entrepreneurs afin de s’assurer que les gouvernements encouragent de nouveaux modèles économiques qui auront des répercussions positives sur l’environnement.

 

  1. Investir dans l’infrastructure et les services numériques pour le développement et la croissance partagée

Les jeunes entrepreneurs du monde entier croient fermement que l’innovation et la numérisation des produits et services continueront d’avoir un impact positif sur l’économie et la société. En raison de l’évolution rapide des nouvelles technologies (IA, blockchain, Internet des Objets), les gouvernements doivent fournir un environnement politique progressif qui aborde les risques potentiels liés à la circulation des données, la vie privée et la cybersécurité sans entraver inutilement au bon développement des entreprises numériques. De plus, les gouvernements du G20 devraient continuer à numériser leurs infrastructures et leurs services publics pour favoriser la croissance économique et l’innovation.

  • Recommandation : mise en place de l’e-gouvernement

Il est demandé aux dirigeants du G20 d’établir et de mettre en œuvre des politiques et des services d’administration en ligne complets, afin de rationaliser l’accès, de simplifier les processus administratifs, de créer un environnement plus favorable aux entreprises pour les PME et d’en faire profiter les tous les administrés. En outre, les gouvernements devraient promouvoir des initiatives dites d’Open Data là où des données publiques sont mises à disposition (dans le respect de la vie privée et des droits de propriété intellectuelle, bien entendu) pour encourager le développement de nouveaux produits et services.

 

  1. Assurer la qualité de l’éducation et promouvoir l’esprit d’entreprise

Afin d’assurer l’employabilité future des étudiants, le communiqué met en exergue la nécessité de repenser les programmes d’enseignement et les systèmes de formation en étroite collaboration avec les entrepreneurs et les représentants des entreprises. Plus globalement, les systèmes éducatifs du monde entier doivent faire plus d’efforts pour enseigner et encourager les compétences entrepreneuriales qui seront essentielles à la création d’une société plus inclusive et plus durable (la Société 5.0). En conséquence, nous encourageons les gouvernements du G20 à inclure l’ « Entreprenabilité », c’est-à-dire la capacité à gérer avec succès sa propre entreprise ou sa propre carrière, comme un élément essentiel de leurs systèmes éducatifs.

  • Recommandation : promouvoir l’éducation entrepreneuriale

Il est demandé aux dirigeants du G20 de promouvoir l’enseignement pratique de l’entrepreneuriat dans les écoles secondaires, dans les universités et dans la formation professionnelle afin que tous les élèves/étudiants soient exposés aux éléments pratiques de l’entrepreneuriat (par exemple : aucun étudiant ne devrait quitter l’école secondaire sans savoir comment rédiger un business plan).

L’ICO et cryptomonnaies : historique de la bourse et ses homologues contemporains

L’ICO et cryptomonnaies : historique de la bourse et ses homologues contemporains

Avec la démultiplication des enjeux juridiques liés aux monnaies virtuelles, nous vivons actuellement le même moment charnière que lors de la création des bourses.

 

Tout a commencé au XVe siècle avec la tenue d’une très grande foire à Bruges, où des marchands se sont rassemblés pour créer la première bourse de valeurs en 1409. Les commerçants avaient pour habitude de se faire confiance et de ne pas régler immédiatement et mutuellement leur transaction. Ainsi, en se rassemblant, ils se protégeaient des voleurs et de la diffusion de fausses informations.

 

Cela s’est transformé en une bourse de valeurs dûment règlementée telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le financement en cryptomonnaies connait actuellement le même destin. Elle a attiré l’attention du monde entier et a conduit à la création de nouveaux marchés, parmi lesquelles on peut trouver les chiffres suivants-qui démontrent un réel emballement  :

  • Les chiffres récents de l’analyse détenue par ICOBench, ont montré un nombre total de 741 ICO initiées à ce jour aux États-Unis représentant un montant total de 7,5 milliards $ levés, 552 ICO initiées par Singapour pour un montant de 2,3 milliards $ levés. Les données relatives aux ICO montrent un total de 7,8 milliards de dollars levés par 1255 ICO en 2018.
  • Le plus gros montant, qui est de 4,2 milliards de dollars de financement, a été collecté par la plate-forme d’architecture logicielle à chaîne intégrée EOS.

 

De plus, selon PWC et le rapport de la Crypto Valley Association ICO/STO, le nombre d’OCT est passé à 28 en 2018, ce qui représente un volume total de collecte de fonds de 442 millions de dollars, soit environ 2% du total des levées de fonds réalisées en jetons.

 

En complément de ces chiffres, on remarque que les ICO font appel à l’intuition et à la communication des investisseurs sur le marché ; tandis qu’à l’époque, une startup pouvait se contenter d’un Business Plan et d’un cercle d’investisseurs.

 

Désormais, un nouveau projet sera plutôt scanné par des investisseurs du monde entier. Par conséquent, la communication est devenue importante puisqu’elle est guidée par une stratégie d’émotion.

 

Par conséquent, dans une ICO, l’aspect émotionnel que l’on retrouve dans le crowdfunding est combiné avec le montant du financement d’une introduction en bourse.

Alors, comment allons-nous faire face à cette évolution ?

 

En l’an 1720, deux krachs majeurs poussèrent à l’élaboration d’une réglementation boursière :

 

Le premier incident a été la faillite de John Law en France, connue comme un énorme scandale politique et financier. L’ensemble du système s’est effondré lorsque les plus grands détenteurs de billets, le duc de Bourbon et le prince de Conti, ont exigé la conversion de leurs actions en or, entraînant la faillite du Royaume.

 

Le deuxième incident s’est produit lorsque les actions de la Compagnie de la mer du sud au Royaume-Uni, souscrites par l’aristocratie et la bourgeoisie anglaise, ont fait l’objet d’une forte spéculation suivie d’un crash, également en 1720.

 

Ces krachs ont conduit, entre autres, à des réglementations boursières.

 

En France, la bourse était officiellement établie à Paris et régie par l’arrêté royal de 1724 portant sur l’organisation et le contrôle de la bourse.

 

Aux Etats-Unis, après une série d’audiences qui ont mis en lumière la gravité des abus ayant mené à l’effondrement de 1929, le Congrès américain a promulgué la Securities Act of 1933 et la Securities Exchange Act of 1934.

 

Plus récemment, la crise de 2008 portant sur des prêts hypothécaires à risque a remis en question la théorie du ” trop gros pour échouer ” et a mené à la loi Dodd-Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act, une loi de réforme financière massive adoptée sous le gouvernement Obama en 2010 en réponse à la crise financière.

 

Nous vivons fondamentalement le même état de développement puisque toutes les législations du monde entier sont en train d’établir des réglementations concernant les échanges de devises cryptographiques, qu’il s’agisse de cryptogrammes ou non :

  • La performance économique des opérations
  • La distinction entre la STO et ICO.
  • Valeur juridique de ces opérations.
  • L’assurance de normes de qualité par le choix de labels ou de visas.

 

En fin de compte, comme toute innovation, cela peut représenter une grande opportunité et en même temps une grande menace. Le cadre juridique contemporain est une nécessité, et les avocats doivent faire face à une législation régissant tous les aspects susmentionnés.

 

Par conséquent, les pays ont fait des choix très différents à cet égard, certains font de leur mieux pour attirer les entreprises et les investisseurs, tandis que d’autres ont choisi de renforcer la sécurité pour les attirer.

 

Les jeunes entreprises qui choisissent ces nouveaux modes de financement alternatifs devront choisir avec soin une législation féconde, en d’autres termes, une législation favorable à la crypto monnaie. Pour cette raison, les cabinets d’avocats tels que Hashtag Avocats, peuvent fournir à ces jeunes entreprises innovantes une assistance juridique adéquate dans le secteur des nouvelles technologies.

 

Par exemple, les choix faits par l’Estonie, Malte et la Suisse sont très attractifs mais complètement différents des choix faits par la France dans sa dernière loi PACTE notamment par la délivrance d’un visa facultatif par l’autorité des marchés financiers.

 

De plus, ils sont très différents des choix faits par les États-Unis où la monnaie virtuelle est considérée comme couverte par les Securities Acts, ou par le projet de loi de Monaco qui innove en choisissant un label obligatoire et en spécialisant les ICOs qu’ils veulent accueillir dans le domaine de l’intérêt général et du développement durable

 

Les défis juridiques que pose la crypto monnaie sont passionnants et c’est à nous d’y faire face.

 

Alors, quelle est la suite et ce que nous suggérons :

  • Être dynamique et toujours tenir compte de l’évolution. L’augmentation étonnante des OCT est une situation nouvelle et la durabilité des Utility Tokens est menacée.
  • Trouver un équilibre entre attractivité et protection des investisseurs et promouvoir une réglementation européenne sur le montant de ces opérations.
  • Considérer le financement alternatif comme un nouveau maillon de la chaîne de financement.

Présentation du cabinet Hashtag Avocats lors de VivaTech.

Bitcoin and Ethereum coins with chain on mockup transactions list page

Maitland AMO – 4 Juillet 2019

La Grande Lecture

Le retour du bitcoin fait réfléchir wall street sur la cryptomonnaie

Selon le Financial Times, la montée du prix du bitcoin a conduit un certain nombre de hauts responsables du secteur des services financiers à s’intéresser aux cryptomonnaies bien que ces mêmes chiffres aient diminué il y a près de dix-huit mois. Cette tendance est illustrée par la société de trading basée à Amsterdam, Flow-Traders, qui a ajouté des cryptomonnaies à sa plateforme en avril. La montée en puissance du bitcoin a permis à six des plus grands traders à haute fréquence de la plateforme de monnaie LAMX de devenir actifs sur le marché de la cryptomonnaie, témoignant ainsi de la demande croissante des investisseurs institutionnels.

Le cours du bitcoin chute de 1 400 $ après l’effondrement de l’importante base d’échange de cryptomonnaie, coinbase

Toutefois, malgré cet intérêt croissant, le bitcoin a connu une chute spectaculaire de son cours la semaine dernière, chutant de 1 400 $ quelques minutes après le crash de la plateforme de trading Coinbase. Le Cointelegraph écrit que l’effondrement de Coinbase fait suite à des performances moindres le 25 juin ainsi qu’à un incident similaire le 24, cependant tous les problèmes ont été résolus dans l’heure.

La FCA envisage d’interdire la vente au détail des dérivés cryptographiques

La Financial Conduct Authority (ou Autorité de bonne conduite financière) a proposé d’interdire la vente, la commercialisation et la distribution des BNB (billets négociés en bourse) aux clients de détail, prédisant que cela pourrait permettre aux consommateurs d’économiser jusqu’à 234 millions de livres par an. La FCA a fondé sa décision sur le niveau élevé du marché ainsi que sur la difficulté à évaluer la cryptographie, et cela d’autant plus qu’elle croit que les clients de détail n’ont peut-être pas une compréhension adéquate des actifs cryptographiques selon Investment Week. La FCA consultera les acteurs du marché sur ces propositions.

Cuba étudie la cryptomonnaie dans le cadre des mesures contre la crise économique

Le gouvernement cubain étudie l’utilisation potentielle de la cryptomonnaie pour tenter de relancer son économie dans un contexte de sanctions accrues de la part des États-Unis. Reuters affirme que l’économie du pays, gérée par l’Etat, est confrontée à une crise due au déclin de l’aide du Venezuela, à la chute des exportations et à un durcissement de l’embargo commercial du Président Trump. Bien que de nombreux Cubains craignent que la cryptomonnaie ne comble pas l’écart entre les salaires et le coût de la vie, cette mesure devrait stimuler le pouvoir d’achat.

Henry kravis de KKR investit dans crypto fund

Henry Kravis, le cofondateur milliardaire de KKR & Co, a investi dans le fonds phare de ParaFI Capital, démontrant ainsi son intérêt marqué pour l’industrie de la cryptomonnaie. La société d’investissement alternatif ParaFi gère environ 25 millions de dollars et vise à atteindre 100 millions de dollars d’ici le premier trimestre 2020, un partenaire de Bain Capital affirmant que ParaFi est désormais ” bien positionné pour tirer parti de certaines opportunités d’investissement mal comprises “.

Les petits nouveaux – Les technologies, les fonds et les ICO que vous devriez connaître

Les gains du S&P 500 peuvent vous faire gagner de la cryptomonnaie sur les investissements de bain capital

Bain-Capital a soutenu la Bourse EverMarkets, ce qui permettra à l’indice S&P 500 d’offrir aux investisseurs des gains qui sont liés à des actifs traditionnels. Le cofondateur, Craig Austin, a déclaré à CoinDesk que l’objectif de la société est de permettre à n’importe qui dans le monde en dehors des États-Unis d'”envoyer des cryptomonnaies à un marché et d’obtenir une exposition au marché mondial”, ce qui est crucial non seulement pour le marché de la cryptomonnaie mais aussi pour les marchés boursiers. La bourse n’offre actuellement que deux produits, un contrat de swap perpétuel bitcoin et un swap perpétuel sur indice boursier US 500, mais elle cherchera éventuellement à offrir d’autres swaps.

Nestle annonce une nouvelle initiative de blockchain distincte du projet IBM en cours

Nestlé a annoncé le lancement d’un programme pilote pour surveiller ses chaînes d’approvisionnement à l’aide de la blockchain. Le projet est basé sur un partenariat entre Nestlé et OpenSC, une plate-forme de blockchain qui a permis à Nestlé de développer un “système de registres distribués” distinct des activités actuelles de Nestlé avec la blockchain IBM Food Trust. Nestlé espère que l’utilisation de la technologie ouverte et transparente de la blockchain permettra d’accroître l’engagement des consommateurs et les ventes.

Samsung, LG et SK se lancent dans la ” guerre estivale des blockchains “

Cryptonews annonce que Samsung, LG et SK vont commencer à offrir une gamme de produits et services basés sur la technologie de la blockchain. SK et C&C ouvriront leurs services de paiement et de remise Chain Z en juillet, après le succès du projet pilote du système l’an dernier, tandis que Samsung prévoit de lancer un service de réclamations d’assurance qui permettra à ses utilisateurs de présenter des réclamations à leur assureur. LG a l’intention de lancer sa plate-forme de paiement en blockchain développée en collaboration avec la banque commerciale KB.

Arnaques, sanctions et activités douteuses

Le crypto-echange irlandais, bitsane, semble avoir disparu avec les fonds de ses utilisateurs

Bitsane, l’agence irlandaise de change de cryptomonnaies, a été accusée d’avoir volé les fonds de ses utilisateurs après que la plateforme ait été mise hors ligne et ait supprimé ses comptes sur les réseaux sociaux. CoinDesk signale que les utilisateurs ont perdu entre 5 000 $ et 150 000 $ et que la plateforme n’a pas été mise à jour depuis plus de 10 jours. Certains utilisateurs ont même affirmé qu’une autre société nommée Bitsane Limited pourrait être liée à la potentielle escroquerie, mais jusqu’à présent, peu d’informations ont été confirmées sur l’une ou l’autre société.

Rapport : decouverte de plus de 100 domaines internet fictifs lies a Libra, la cryptomonnaie lancee par Facebook

Selon le Cointelegraph, l’entreprise de renseignement sur les cybermenaces Digital Shadows a découvert plus de 100 faux domaines liés à la monnaie très attendue de Facebook, Libra. Digital Shadows a identifié des domaines relatifs à la Libra et plusieurs douzaines se référant au portefeuille numérique associé Calibra, certains d’entre eux contenant du contenu malveillant. Facebook a tenté à plusieurs reprises de réprimer les escroqueries cryptographiques, l’entreprise ayant supprimé plus tôt dans la semaine des publicités pour une escroquerie sur le Bitcoin consistant en des messages frauduleux du prince héritier d’Abu Dhabi, Sheikh Mohamed bin Zayed.

Un juge fédéral condamne un homme à 86 mois de prison pour escroquerie à la cryptomonnaie

Un arnaqueur impliqué dans un stratagème lié à la cryptomonnaie a été condamné à 86 mois de prison et à payer une restitution totale de 806 405 $ qui sera distribuée aux victimes de l’arnaque. Selon le Cointelegraph, l’escroquerie a été menée par Blue Bit Banc (BBB), une société offrant des options binaires, mais l’arnaqueur a utilisé un programme informatique pour falsifier les données de prix pour son propre bénéfice.

Cryptomonnaie

Maitland AMO – 29 Juin 2019

Le prix du bitcoin augmente : au niveau le plus haut depuis 17 mois au-delà de 13 000$

Le bitcoin a grimpé au-delà de 13 000 $ cette semaine, son plus haut niveau depuis la mi-janvier 2018, avec des gains de 50% depuis le début du mois. Le Financial Times, cependant, rapporte que Bitcoin a également connu une chute brutale de près de 2 000 $ en moins d’une heure, rappelant aux investisseurs que la crypto-monnaie est toujours sujette à la volatilité. Alistair Milne, directrice des investissements d’Altana Digital Currency Fund, a déclaré que la chute rapide était ” inévitable – on ne monte pas aussi vite et on ne le maintient pas éternellement, suivi d’une consolidation “.

Facebook entre dans des eaux dangereuses avec la crypto-monnaie Libra

Martin Wolf, du Financial Times, jette un regard critique sur l’ambition de Facebook de lancer une monnaie numérique mondiale appelée Libra, imitant la révolution du paiement d’Alipay en Chine. Wolf met en garde contre la perspective d’une crise économique mondiale, notant que “l’innovation mal appréhendée s’est souvent révélée être la sage-femme de telles calamités”. Il est donc essentiel que toutes les implications du Libra soient correctement évaluées, y compris sa stabilité technique, son impact sur la stabilité monétaire mondiale et son ouverture aux abus des criminels et des terroristes.

Le ministère russe des finances envisage d’autoriser le commerce des crypto-monnaies

Le ministère russe des Finances envisage d’autoriser le commerce des crypto-monnaies, ayant précédemment interdit leur utilisation comme moyen de paiement, rapporte cointelegraph. Il s’agit d’un compromis évident de la part du ministère, qui est également en train d’approuver une loi distincte pour l’ico. Le chef de la Banque de Russie a déclaré explorer la possibilité de lancer une monnaie numérique soutenue par la banque centrale.

Les technologies et les fonds que vous devriez connaître

JP Morgan va commencer les essais clients de sa cryptomonnaie « JPM »

JP Morgan Chase est sur le point de commencer les essais de sa monnaie « JPM » en collaboration avec des entreprises clientes, et est confiante que l’autorisation réglementaire sera finalement accordée. Coindesk analyse que la monnaie JPM, qui a été annoncée pour la première fois en janvier, fonctionnera comme une pièce de monnaie stable, avec de la monnaie fiduciaire déposée à la banque en échange du jeton. Bien qu’initialement liée au dollar américain, la pièce devrait être étendue à d’autres devises fiduciaires à terme.

Amun lance un produit négocié en bourse utilisant l’indice de crypto appelée « Bitwise »

La société suisse Amun AG, spécialisée dans les technologies de pointe, a annoncé son intention de lancer un nouveau produit négocié en bourse utilisant l’indice Bitwise 10 Select Large Cap Crypt comme référence. L’indice suit la performance d’un maximum de 10 des plus grands actifs cryptographiques au monde, mais n’inclut pas la monnaie confidentielle et les jetons dépendants de la plate-forme. Cependant, l’indice doit d’abord être approuvé et soutenu par les teneurs de marché appropriés et mis à la disposition des dépositaires institutionnels de premier plan, ce que peu de crypto-monnaies ont fait.

Coinmine, la startup de minage de cryptomonnaie a domicile,  remunere desormais ses utilisateurs en bitcoin

Coindesk rapporte que Coinmine, un dispositif d’extraction de monnaie cryptographique, va maintenant permettre à ses utilisateurs d’être payés en bitcoin. Le fondateur Farbood Nivi a déclaré que le nouveau développement devrait être considéré comme une expérience destinée à “ceux qui veulent plonger un pied dans le processus minier”. Coinmine devrait également s’associer avec Compound Finance, Cred et Blockfi afin de permettre aux utilisateurs de “composer la mine” et d’obtenir un rendement sur la cryptomonnaie que leur Coinmine fait initialement.

Sanctions et activités suspectes

Six personnes détenaient plus de 22 millions de livres sterling resultalt du vol de cryptomonnaie affectant 4.000 personnes

Six personnes ont été arrêtées dans toute l’Europe pour le vol de crypto-monnaies pour une valeur de plus de 22 millions de livres sterling. Sky News rapporte que le crime est lié au “typosquatting” : les pirates dupliquent une plateforme d’échange de devises cryptographiques en ligne connue qui est recréé pour imiter le site authentique, permettant aux pirates d’accéder aux portefeuilles bitcoin de la victime. L’unité régionale de lutte contre la cybercriminalité du sud-ouest de l’Angleterre estime que plus de 4000 victimes ont été ciblées dans 12 pays.