NOTE SUR LES RECOMMANDATION DES ENTREPRENEURS FAITES AU PRESIDENT LE 26 JUIN

 

DECOUVRIR NOTRE EQUIPEDECOUVRIR NOS OFFRES
avocat start up

Ces jeunes entrepreneurs de tous les pays du G20 appellent les dirigeants du G20 à exploiter le potentiel de transformation de l’entreprenariat comme levier important pour contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies pour 2030.

Le communiqué se divise en 5 piliers, qui chacun porte une recommandation principale :

  1. Promouvoir le libre-échange
    • Recommandation : soutenir la mobilité transfrontalière des jeunes entrepreneurs
  2. Améliorer l’accès au financement
    • Recommandation : créer une infrastructure numérique qui réduit les obstacles au financement
  3. Soutenir l’esprit d’entreprise afin de relever les défis sociaux et environnementaux
    • Recommandation : encourager des modèles économiques durables
  4. Investir dans l’infrastructure et les services numériques pour le développement et la croissance partagée
    • Recommandation : mise en place de l’e-gouvernement
  5. Assurer la qualité de l’éducation et promouvoir l’esprit d’entreprise
    • Recommandation : promouvoir l’éducation entrepreneuriale

Ci-dessous sont détaillés ces piliers :

  1. Promouvoir le libre-échange

Il est demandé aux dirigeants du G20 de renouveler leur engagement en faveur d’un commerce libre, ouvert et équitable et du rétablissement de la confiance dans l’OMC en tant que gardienne du système commercial multilatéral. Les jeunes entrepreneurs insistent ici fermement sur la nécessité de la création et de la ratification d’accords de libre-échange pour faciliter l’accès au marché, partager des règles communes et équitables et encourager les PME à croître, à se développer et à créer plus d’emplois dans le monde.

  • Recommandation : soutenir la mobilité transfrontalière des jeunes entrepreneurs

Pour stimuler la croissance économique, la nécessité d’un programme de visas pour jeunes entrepreneurs à l’échelle du G20 permettrait aux jeunes entrepreneurs d’obtenir des visas à entrées multiples et simplifierait les formalités administratives afin de les encourager à créer et à développer des entreprises internationales. Il faudrait, selon le communiqué, élargir et harmoniser les accords existants sur la mobilité des jeunes et les programmes de visas de « visiteur d’affaires », conformément aux principes directeurs du G20 YEA.

Quels sont ces piliers? la suite…

 

  1. Investir dans l’infrastructure et les services numériques pour le développement et la croissance partagée

Les jeunes entrepreneurs du monde entier croient fermement que l’innovation et la numérisation des produits et services continueront d’avoir un impact positif sur l’économie et la société. En raison de l’évolution rapide des nouvelles technologies (IA, blockchain, Internet des Objets), les gouvernements doivent fournir un environnement politique progressif qui aborde les risques potentiels liés à la circulation des données, la vie privée et la cybersécurité sans entraver inutilement au bon développement des entreprises numériques. De plus, les gouvernements du G20 devraient continuer à numériser leurs infrastructures et leurs services publics pour favoriser la croissance économique et l’innovation.

  • Recommandation : mise en place de l’e-gouvernement

Il est demandé aux dirigeants du G20 d’établir et de mettre en œuvre des politiques et des services d’administration en ligne complets, afin de rationaliser l’accès, de simplifier les processus administratifs, de créer un environnement plus favorable aux entreprises pour les PME et d’en faire profiter les tous les administrés. En outre, les gouvernements devraient promouvoir des initiatives dites d’Open Data là où des données publiques sont mises à disposition (dans le respect de la vie privée et des droits de propriété intellectuelle, bien entendu) pour encourager le développement de nouveaux produits et services.

 

  1. Améliorer l’accès au financement

« Les jeunes entrepreneurs ont besoin d’avoir accès à des sources de financement à toutes les étapes du cycle de vie de leur entreprise. » justifie le rapport. Afin de créer un environnement propice à la multiplication et à l’expansion des nouvelles entreprises, il est demandé aux gouvernements du G20 de mettre en place une infrastructure financière adéquate pour permettre un accès équitable au financement pour les jeunes entrepreneurs qui sont mal desservis par les établissements de crédit traditionnels.

  • Recommandation : créer une infrastructure numérique qui réduit les obstacles au financement

Il s’agirait donc de renforcer l’accessibilité et l’intelligibilité du microcosme financier en créant des plateformes numériques qui permettraient aux entrepreneurs d’accéder rapidement aux informations. Il s’agirait également de proposer le financement à taux d’intérêt faible ou nul, particulièrement pour les projets qui sont d’intérêt public.

 

  1. Soutenir l’esprit d’entreprise afin de relever les défis sociaux et environnementaux

Selon le communiqué, les gouvernements, les entreprises et la société civile devraient collaborer activement à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable. Dans ce contexte, les entrepreneurs peuvent jouer un rôle fondamental en explorant et en adoptant des modèles économiques novateurs et en développant des start-ups qui répondront directement aux défis sociaux et environnementaux.

  • Recommandation : encourager des modèles économiques durables

Les objectifs de développements durables fourniraient un cadre pour les jeunes entrepreneurs, en permettant la croissance d’entreprises qui mèneront à un avenir durable. Il est demandé aux dirigeants du G20 de se référer aux objectifs de développement durable lorsqu’ils élaborent et adaptent des politiques et des programmes de soutien aux entrepreneurs afin de s’assurer que les gouvernements encouragent de nouveaux modèles économiques qui auront des répercussions positives sur l’environnement.

 

  1. Assurer la qualité de l’éducation et promouvoir l’esprit d’entreprise

Afin d’assurer l’employabilité future des étudiants, le communiqué met en exergue la nécessité de repenser les programmes d’enseignement et les systèmes de formation en étroite collaboration avec les entrepreneurs et les représentants des entreprises. Plus globalement, les systèmes éducatifs du monde entier doivent faire plus d’efforts pour enseigner et encourager les compétences entrepreneuriales qui seront essentielles à la création d’une société plus inclusive et plus durable (la Société 5.0). En conséquence, nous encourageons les gouvernements du G20 à inclure l’ « Entreprenabilité », c’est-à-dire la capacité à gérer avec succès sa propre entreprise ou sa propre carrière, comme un élément essentiel de leurs systèmes éducatifs.

  • Recommandation : promouvoir l’éducation entrepreneuriale

Il est demandé aux dirigeants du G20 de promouvoir l’enseignement pratique de l’entrepreneuriat dans les écoles secondaires, dans les universités et dans la formation professionnelle afin que tous les élèves/étudiants soient exposés aux éléments pratiques de l’entrepreneuriat (par exemple : aucun étudiant ne devrait quitter l’école secondaire sans savoir comment rédiger un business plan).

 

Articles similaires

La lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LCB/FT)

La lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LCB/FT)

Un compte courant d’associé est désigné comme un prêt de l’associé à la société. Ces sommes mises à la disposition de la société ne constituent pas, en réalité, des apports au sens juridique, mais un véritable crédit.

Tout associé peut faire une avance à la société depuis la loi PACTE du 22 mai 2019, qui offre la possibilité à tout associé de consentir une avance en compte courant à la société, même s’il détient moins de 5 % du capital social.

lire plus
Le champ d’application territorial de l’impôt sur le revenu des salariés

Le champ d’application territorial de l’impôt sur le revenu des salariés

Un compte courant d’associé est désigné comme un prêt de l’associé à la société. Ces sommes mises à la disposition de la société ne constituent pas, en réalité, des apports au sens juridique, mais un véritable crédit.

Tout associé peut faire une avance à la société depuis la loi PACTE du 22 mai 2019, qui offre la possibilité à tout associé de consentir une avance en compte courant à la société, même s’il détient moins de 5 % du capital social.

lire plus
La rémunération d’un compte courant d’associé

La rémunération d’un compte courant d’associé

Un compte courant d’associé est désigné comme un prêt de l’associé à la société. Ces sommes mises à la disposition de la société ne constituent pas, en réalité, des apports au sens juridique, mais un véritable crédit.

Tout associé peut faire une avance à la société depuis la loi PACTE du 22 mai 2019, qui offre la possibilité à tout associé de consentir une avance en compte courant à la société, même s’il détient moins de 5 % du capital social.

lire plus

Contactez-nous

Un simple email suffit. Nous vous rappelons

7 + 9 =

Sign up for latest Newbies

30 Place de la Madeleine

75008 PARIS

 

40 Rue Jean Lecanuet

76000 ROUEN

 

  01 85 73 56 66

contact@hashtagavocats.com

Pin It on Pinterest

Share This