hashtag-cabinet-avocat-white-slider-accueil

Le droit au service

de l'innovation

flecheRight

Une association dédiée aux startups et aux incubateurs

Les services d’accompagnement des startups ont subi un accroissement exceptionnel ces dernières années. En effet, selon une étude réalisée par le cabinet de consulting Roland Berger, la France comptabilisait « 270 structures d’incubation et 56 d’accélération en 2018, soit 12% de plus qu’en 2017 et cinq fois plus qu’en 2009 ».

Ces structures sont mises en place par des acteurs en provenance de tous les secteurs, qu’ils soient publics ou privés, écoles, universités etc…

L’accès à ce marché est libre à toute personne souhaitant réaliser un projet sans conditions préalables nécessaires. Cet accès libre pose à savoir si ces accompagnements de startups sont réellement utiles aux jeunes entreprises.

La genèse de La Boussole

L’association « La Boussole » s’est mis pour objectif de mettre un peu d’ordre dans cet écosystème en expansion et d’aiguiller, ainsi, les startups.

“Nous nous sommes rendu compte que nos startups passaient d’une structure à une autre et que cela avait un intérêt pour elles” explique Paul Jeannest, membre fondateur de la Boussole et CEO de RaiseLab.

Aux côtés de neuf autres structures d’accompagnement d’entreprises que sont 50Partners, Google, Le Village by CA, NUMA, Schoolab et URW Link – Unibail-Rodamco-Westfield, Blue Factory ESCP, INCO, Réseau Entreprendre Paris (et la sienne RAISE), celui-ci décide alors de lancer en 2019 la Boussole, une structure pour donner aux accompagnateurs les outils pour améliorer leur efficacité et la transparence de leur offre, mais aussi donner aux entrepreneurs la grille de lecture vers des programmes d’accompagnement adaptés à leurs besoins.

La Boussole : Vers un accompagnement complet et qualifié des startups

La Boussole dispose d’un seul salarié à temps plein : la directrice de la structure Klara PEYRE. Les fondateurs travaillent comme bénévole en supplément de leur emploi.

L’objectif final de la Boussole est de réussir à créer une sorte de pool d’accompagnateurs de qualité, ils comptent aujourd’hui une soixantaine de membres.

Il faut compter un droit de participation de 4000 euros pour les corporates, 2000 pour les structures privées et 500 euros pour les structures ne faisant pas de profit. Une offre de sponsorship dédié à des entreprises qui travaillent avec des startups sera proposée cette année pour pouvoir faire grandir la Boussole et proposer de nouveaux services au fil du temps.

L’association mène une étude avec BCG sur les critères d’impact à évaluer pour valider la qualité d’un accompagnement.

Selon François Bracq, Head of Startup chez Google, la création d’un permis ou certificat pour les futurs accompagnateurs de startups serait une excellente idée. L’université de Paris Dauphine en propose déjà un et, à terme, la Boussole désire monter elle-même en compétences pour pouvoir proposer une offre de formation. “Mais pour l’instant, notre objectif est d’atteindre une masse critique pour ensuite être capable d’orienter les startups et améliorer le service pour les entreprises”.

Cependant, pour les entrepreneurs, tout cela n’est pas évident, la plupart du temps, ils ne savent pas vers qui se tourner.

Il est actuellement compliqué de savoir concrètement combien coûte ce type d’accompagnement, ces structures arguant toujours que le prix est très bas comparé à l’offre de services. La Boussole sert à guider les startups dans leurs choix d’incubateurs.

Partager :